BLOG

Le blog du matériel médical

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 1 février 2017

Les Trophées de la santé Mobile – Et le gagnant est…

Samedi 28 janvier, dans le cadre de la Journée Nationale de l’Innovation en Santé, dmd Santé a dévoilé les lauréats 2017 des Trophées de la Santé Mobile.

Mediq soutient les initiatives les plus porteuses de la eSanté lorsqu’elle rejoignent le but de notre entreprise : simplifier la vie du professionnel de santé. Pour la première fois cette année Mediq a été partenaire de l’évènement et a remis le trophée de l’application mobile destinée aux professionnels de la santé.

Et le gagnant est…

Lire la suite...

vendredi 27 janvier 2017

Mediq est heureux d’être partenaire des Trophées de la santé mobile 2017 !

Samedi 28 janvier auront lieu les Trophées de la santé mobile 2017, événement au cours duquel Mediq sera partenaire. Cette cérémonie sera l’occasion de faire le tour de toutes les avancées digitales qui ont impacté le monde de la santé cette dernière année et encourager les initiateurs.

banniere-26-01-2017.jpg.png

La santé connectée est un phénomène en marche depuis plusieurs années maintenant : applications dédiées, objets connectés, des médecins et hôpitaux de plus en plus à l’heure du digital... Pour cette raison, la société dmd santé (société créée en 2012 et spécialisée dans la e-santé), a décidé de récompenser ces initiatives ainsi que leurs acteurs. C’est ainsi que se déroulera le 28 janvier la 4ème édition des trophées de la santé, qui a pour but de récompenser les applications ainsi que les objets connectés qui ont le plus marqué le jury et les internautes pendant l’année. Des innovations ludiques aux plus pratiques, un panel de réalisations digitales sera présenté, finement sélectionnées parmi les meilleures.  

Différents trophées seront remis lors de cette cérémonie, selon les catégories suivantes : l’application mobile de santé, l’objet connecté de santé, l’application de suivi, l’application grand public, l’application professionnelle, et le trophée coup de cœur des internautes, choisi sur les votes de ces derniers sur le site medisite.fr. Enfin, pour récompenser la meilleure des applications un grand trophée de l’application mobile 2017 sera également décerné, sur choix du jury. Ce jury sera, cette année, composé de neuf membres : trois professionnels de la santé, trois membres d’associations de patients, et trois membres de collège e-santé. 

Par cette initiative, dmd santé souhaite promouvoir les actions e-santé et mettre en avant les usages liés aux avancées digitales dans le monde médical. En effet, un réel processus de digitalisation de la santé est en marche, ayant pour but de faciliter la vie des soignants comme celle des individus dans la vie de tous les jours. Les trophées de la santé ont aussi pour but de récompenser les acteurs de cette digitalisation, qui contribuent à son développement jour après jour. 

En attendant le dénouement tant attendu on vous donne rendez-vous sur la page dédiée à l’événement qui détaille les trophées ainsi que le programme: http://www.trophees-sante-mobile.com/ !

mardi 24 janvier 2017

L’impédancemètre

L’année 2017 est arrivée et avec elle, ses fameuses bonnes résolutions, traditionnellement faites chaque année. Une des résolutions phares, trouvant souvent sa place dans la liste des personnes jouant le jeu concerne la perte de poids, le régime... Mais comment avoir une vision claire et précise sur la véritable composition de sa masse corporelle ? Aujourd’hui, un appareil est capable de mesurer toutes ces informations : le pèse-personne impédancemètre. Qu’est-ce que cet appareil exactement ? Comment marche-t-il ? Quels sont ses avantages ? 

Qu’est-ce qu’une balance impédancemètre?

Un impédancemètre est un type de balance fournissant une analyse corporelle détaillée à l’utilisateur. Les balances classiques donnent une valeur globale correspondant à notre poids. Cependant, sous cette valeur donnée en brut se cachent bien des données, non décryptées et indispensables pour connaitre la composition de notre corps. Décrypter ces données, c’est le rôle de la balance impédancemètre. En effet, contrairement à la balance classique, l’impédancemètre est capable de donner des informations détaillées quant à l’indice de masse corporelle d’une personne, le taux de masse grasse (le taux de graisse qui se loge sous la peau et autour des organes), masse maigre (muscles, os, eau, organes…), en pourcentage afin de pouvoir confronter ces données au poids de la personne. Partenaire idéal lors d’un programme minceur, cet appareil est très utile afin de suivre la progression de la prise de masse musculaire par exemple, et la différencier de la masse grasse.

Balance impédancemètre Omron

Balance impédancemètre Omron

Comment ça marche ?

Afin de pouvoir analyser la composition entière d’un corps, des électrodes posées sur la balance permettent d’envoyer un courant électrique de faible intensité (mais cependant déconseillé aux femmes enceintes et aux porteurs de dispositifs intracorporels) dans le corps de l’individu, et ainsi en savoir plus sur la composition du corps : taux de masse grasse, masse hydrique… ainsi que d’autres variables. Pour avoir un diagnostic sur-mesure, il est possible de renseigner ses paramètres personnels : âge, taille, sexe… afin que les résultats correspondent au mieux à la morphologie de chacun. Ensuite, si vous suivez un régime, vous pouvez ainsi voir l’évolution de votre minceur et savoir si vous perdez du muscle, de l’eau ou de la graisse afin de l’adapter au mieux.

Notre sélection

Chez Mediq, nous référençons différentes gammes d’impédancemètres que vous pourrez retrouver ici. Les pèse-personne impédancemètres Tanita restent néanmoins une référence et constituent un excellent rapport qualité-prix.

Balance impédancemètre Tanita          

Balance impédancemètre Tanita

mercredi 23 novembre 2016

Les pansements de traitement de la plaie

Le pansement est sans aucun doute l’élément principal d’une trousse à pharmacie. Utilisé en cabinet ou en établissement par les professionnels de la santé ou par les patients dans leur vie de tous les jours, il reste un produit indispensable, une solution simple pour protéger aussi bien de petites écorchures que des blessures plus graves. A côté de ces pansements simples dits traditionnels, une nouvelle génération de pansements dits avancés, ou de traitement des plaies, a vu le jour pour le soin de plaies spécifiques.

Qu’est-ce que c’est ?

Les pansements avancés sont des pansements qui permettent la prise en charge des plaies spécifiques, c’est-à-dire des plaies aiguës et des plaies chroniques. Les plaies aiguës regroupent les lacérations, abrasions, brûlures du 1er et du 2ème degré, plaies traumatiques, plaies post-opératoires, sites donneurs, tandis que les plaies chroniques sont les plaies dont le délai de cicatrisation dépasse les 4 à 6 semaines, à savoir les escarres, ulcères, et plaies du pied diabétique.

Les pansements avancés ont pour propriété de maintenir la plaie dans des conditions physiologiques propices à la cicatrisation, à savoir un environnement humide et à température stable autour de 37°C. C’est cette propriété qui les distingue des pansements traditionnels, qui n’offrent quant à eux qu’une protection de la plaie et n’agissent pas sur le processus de cicatrisation.

Retrouvez notre gamme de pansements avancés Klinion sur cette page.

A chaque plaie son pansement !

Les pansements avancés regroupent plusieurs catégories de pansements : hydocellulaires, hydrocolloïdes, hydrogels, hydrofibres, interfaces ou encore alginates garantissent des conditions optimales de cicatrisation. : Ce sont les caractéristiques de la plaie – quantité d’exsudat, existence ou risque d’infection, présence d’une nécrose, état de la peau périlésionnelle – et son stade de cicatrisation qui détermineront quel pansement est le plus adapté. : 

Ainsi, pour les plaies sèches, on privilégiera les pansements hydrogels, composés à 80% d’eau, qui apporteront à la plaie l’hydratation nécessaire. Les plaies moyennement à fortement exsudative seront traitées avec des pansements hydrocellulaires, hydrofibres ou alginates. 

Les pansements hydrocellulaires sont constitués de mousse de polyuréthane. Ils limitent les risques de macération et de ramollissement de la plaie et de la peau périlésionnelle et garantissent donc une certaine hygiène. 

Les pansements alginates – constitués d’extraits d’algues – ou  hydrofibres – constitués à 100% de fibres hydrocolloïdes qui forment un gel au contact de la plaie - peuvent absorber entre 15 et 30 fois leur poids en exsudat et rester en place jusqu’à 7 jours, ce qui en fait un traitement à moindre coût pour les plaies fortement exsudative..

Enfin, il existe plusieurs catégories de pansements avancés adaptés aux plaies infectieuses ou à risque d’infection, comme les pansements au charbon actif, les pansements à l’argent ou encore les pansements au miel. Ces pansements limitent la prolifération de bactéries et les élimine, ce qui contribue également à limiter les mauvaises odeurs se dégageant de la plaie. 

Pour des explications détaillées et précises, rendez-vous sur notre Guide de traitement des plaies ou dans notre dossier soins.

Pansement hydrogelPansement hydrofibre

Pansement hydrogel                                        Pansement hydrofibre

                             Pansement hydrocolloide

                              Pansement hydrocolloïde

Maximiser le confort du patient

Les pansements avancés sont des produits souvent plus chers que les pansements traditionnels, mais les différentes propriétés exposées ci-dessus permettent en général d’accélérer le processus de cicatrisation et de limiter les renouvellements de pansements et les interventions des professionnels de la santé, ce qui en fait un traitement avantageux en termes de coûts. De plus, beaucoup de ces pansements sont aujourd’hui remboursables par la Sécurité Sociale.

Afin d’améliorer le confort du patient pendant la durée du traitement et de la cicatrisation, certaines innovations ont vu le jour, notamment l’ajout de silicone ou de matières lipidiques aux pansements hydrocellulaires ou interfaces. Le silicone permet une meilleure adhésion du pansement tout en limitant la douleur au retrait et l’inconfort pendant le port du pansement. Quant aux pansements interfaces, ils sont utilisés sous un pansement secondaire – absorbant par exemple – afin de protéger la plaie et la peau périlésionnelle au moment du changement de pansement secondaire et de limiter la douleur du patient. Ces pansements interfaces n’ont en effet pas besoin d’être changés à chaque fois, peuvent rester en place plus longtemps et sont souvent transparents, ce qui permet une inspection de la plaie.

Enfin, de nombreux pansements avancés permettent au patient de garder une mobilité et des activités normales, et notamment de se baigner ou de prendre des douches sans changement de pansement.

Au-delà de leurs propriétés cicatrisantes, les pansements avancés sont donc une option pertinente pour limiter les conséquences désagréables des plaies et de leur traitement. 

vendredi 4 novembre 2016

Le vaccin contre la grippe

La saison automnale est arrivée, et avec elle, la campagne de vaccination contre la grippe. On a souvent tendance à minimiser l’impact qu’une épidémie de grippe peut avoir, et pourtant,  chaque année, 2 à 8 millions de personnes sont touchées en France et entre 1500 et 2000 personnes en décèdent. Il y a, bien entendu, des personnes plus fragiles et vulnérables face à la grippe : les plus âgés (plus de 65 ans), les plus jeunes et ceux souffrant de pathologies chroniques respiratoires (l’asthme par exemple). En moyenne, un tiers de la population se fait vacciner chaque année contre la grippe et seulement 48% des personnes considérées à risques (contre 75% préconisé par l’OMS). D’autant plus que cette tendance est à la baisse d’année en année, soit par désintérêt, soit par manque d’informations sur le sujet, soit parce que le vaccin est jugé inutile, voire dangereux.

La grippe

La grippe se définit par une maladie infectieuse des voies respiratoires se développant dans la gorge et le nez. Souvent bénigne, elle peut néanmoins être à l’origine de complications chez les personnes les plus à risques. Comme beaucoup de virus, le virus de la grippe est contagieux, de par son mode de transmission : la voie aérienne est la voie par laquelle le virus se développe le plus, notamment par l’inhalation via des éternuements et postillons des personnes atteintes. C’est pour cela qu’il est préconisé d’éviter tout contact avec l’entourage à l’arrivée des premiers symptômes de la grippe à savoir : frissons, fatigue, maux de tête, fièvre, douleurs musculaires… et ce durant 3 à 7 jours. A l’heure qu’il est, le vaccin reste le meilleur moyen de s’en protéger afin d’éviter toute contamination.

Le vaccin 

Comme la souche du vaccin antigrippal varie tous les ans, il convient de se faire vacciner tous les ans, pour être en phase avec la souche virale de la saison. Tous les ans, l’efficacité du vaccin antigrippal est controversée. Ceci s’explique par la mutation de la souche virale, qui peut donc évoluer et être différente de la souche contre laquelle nous avons été vaccinés. Il est à noter qu’une fois touché par la grippe, plus besoin d’être vacciné, la contamination faisant office de vaccin. Le vaccin est par ailleurs 100% remboursé pour les personnes dites à risques.

Vers qui se tourner ?  

Le médecin généraliste reste le premier interlocuteur dans le cadre de la réalisation d’un vaccin, de même que les infirmiers. Cependant, dernièrement, il a été voté une loi autorisant maintenant les pharmaciens à administrer des vaccins pour davantage simplifier le processus et inciter à la vaccination. 

Vaccination

mardi 25 octobre 2016

Les lecteurs de carte vitale

Le lecteur de carte vitale est l’élément indispensable pour le praticien. Qu’il soit fixe, pour les médecins en cabinet, ou portables, pour les médecins faisant des visites à domicile, le lecteur SESAME Vitale peut s’adapter à tous les professionnels de santé.

Pourquoi un lecteur SESAME Vitale ?

Fini les feuilles de soins en papier à envoyer à sa caisse d’assurance maladie. En effet, grâce au lecteur SESAME Vitale, nous avons assisté ces dernières années à une dématérialisation de la signature de la feuille de soin électronique. Le lecteur, directement connecté à votre logiciel patient permet de valider cette feuille de soins électronique afin de l’envoyer directement à la caisse d’assurance maladie. Ce processus de dématérialisation est bénéfique pour le patient, car il accélère le remboursement fait par la sécurité sociale, mais aussi pour le praticien, qui voit ses charges administratives se réduire et sa facturation accélérée.

lecteur PRIUM 4        Lecteur consulteur Pro+ INGENICO

Quel SESAME Vitale choisir ?

Plusieurs types de lecteurs de carte vitale existent en fonction de la manière de travailler et des fonctions dont on veut qu’il dispose.

De quelle manière travaillez-vous ?

La première question à se poser pour un praticien est relative à la manière dont il travaille :

  • Un praticien en cabinet peut se contenter d’un lecteur de carte vitale fixe
  • En revanche, un médecin faisant des consultations à domicile doit, lui, privilégier le lecteur de carte vitale portable.

Cette division en deux grandes catégories est la première des typologies à adopter pour faire le meilleur choix possible.

Quelles sont les options qui m’intéressent ?

  • La mise à jour de la carte vitale : Il existe des lecteurs de carte vitale qui permettent également au patient de mettre à jour leur carte. En effet, il est important de mettre à jour sa carte vitale à chaque changement de statut, (en cas de changement de situation professionnelle, de grossesse, de déménagement…), ce processus ne se faisant pas automatiquement. Pour le cas où le patient n’aurait pas sa carte vitale mise à jour, le lecteur Prium 4 vous permet de proposer ce service et ainsi éviter au patient d’aller dans la borne la plus proche ou de remplir une feuille de soins papier.
  • L’accès à l’historique des données : Pour les établissements de santé, cette fonctionnalité peut se révéler très intéressante, de même que la sauvegarde des données, possible avec le Consulteur Pro+.
  • Pour les prescripteurs le Vital ACT 3S, vous permettra de créer et modifier les actes effectués chez patient.
  • Si vous êtes kiné, infirmière, le lecteur Baladeur 2 est le bon choix car il vous permet de pré remplir les FSE sur votre logiciel et de les faire valider une fois chez le patient.

En résumé, une multitude de choix concernant les lecteurs SESAME Vitale s’offrent à vous. A vous de choisir le bon en fonction de l’utilité que vous voulez en faire !

                            

samedi 15 octobre 2016

Le lavage des mains

Un geste simple,  mais souvent négligé. Se laver les mains plusieurs fois par jours est pourtant primordial, les mains étant la partie du corps nous permettant d’interagir avec l’environnement externe : poignées de porte, interrupteurs, claviers et autres objets du quotidien. Plus qu’une simple question d’hygiène, la question du lavage et de la désinfection des mains est aujourd’hui une vraie problématique de santé publique. Aujourd’hui, et comme tous les 15 octobre depuis 2008, c’est la journée internationale du lavage de mains. L’occasion de faire un rappel sur l’importance que représente l’hygiène des mains.

Tous les jours, des millions de microbes se déposent sur nos mains, et même si certains se révèlent être inoffensifs, d’autres représentent des dangers pour l’organisme. Le seul moyen pour lutter efficacement contre cette prolifération réside le lavage de mains. Selon l’UNICEF, près de 2000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour de maladies dues au manque d’eau saine, et donc d’hygiène des mains par conséquent. Ces pays, majoritairement en sous-développement, témoignent de l’importance résidant dans le lavage des mains. 

Il parait évident qu’en milieu hospitalier ou médical, le lavage des mains soit indispensable afin de ne pas contaminer des patients et un environnement, déjà sensibles aux bactéries. Ce n’est pas pour autant qu’il faut minimiser l’importance du lavage de mains dans la vie quotidienne, hors milieu médical. Cette journée est donc l’occasion de rappeler les bons réflexes à avoir pour les enseigner au plus jeune âge :

1-A quels moments ?

Se laver les mains est important lorsque les mains sont visiblement sales, avant de manger ou cuisiner, après être allé aux toilettes, après s’être mouché ou avoir éternué dans ses mains, après avoir manipulé des déchets, avant d’entrer en contact avec une personne malade ou un nourrisson.

2-De quelle manière ?

Pour un lavage de mains efficace, il faut en premier lieu se rincer les mains, puis appliquer le savon avant de frictionner abondement les deux mains l’une contre l’autre pendant au minimum 30 secondes, sans oublier de bien passer entre les doigts et le dessous des ongles, et ne pas négliger les poignets et avant-bras.

Enfin pour le séchage, les essuie-mains à usage unique représentent ce qu’il y a de mieux en matière d’hygiène.

Dans un autre registre mais tout aussi efficace, nous avons la désinfection des mains, qui elle, se fait à l’aide de gel hydro-alcoolique en général. Souvent distribué en format réduit, le gel hydro-alcoolique est facile d’utilisation et garantit la bonne hygiène des mains en quelques secondes de friction.

lundi 10 octobre 2016

L’électrostimulation

L’électrothérapie est une technique consistant à administrer de faibles courants électriques sur l’organisme afin de le stimuler, le renforcer. Si elle est largement utilisée en neurologie, pour la rééducation du système nerveux par exemple, elle est aussi très répandue dans le domaine du sport, avec l’émergence d’appareils conçus pour cela. Autrefois réservée exclusivement aux athlètes, son usage s’étend aujourd’hui à la kinésithérapie et même l’esthétique.  

Comment ça marche ?

L’électrostimulation désigne le fait d’administrer de petites décharges électriques sur une zone spécifique. De par ces décharges électriques, l’électrothérapie permet de muscler et stimuler les parties du corps concernées. Grâce à des électrodes sous forme d’électrodes filaires, sans fil, sondes ou ceintures à placer sur la partie ciblée de l’anatomie, les appareils destinés à l’électrothérapie sont faciles d’utilisation et permettent de solliciter chaque muscle de la façon la plus optimale possible.

Electrodes ECG

Electrothérapie + sport : la combinaison parfaite

Sur le plan sportif, l’électrothérapie sert à améliorer les performances en renforçant le muscle et donc les qualités de force et d’endurance. Bien que l’électrothérapie soit une excellente manière de renforcer ses muscles, son utilisation ne remplace en aucun cas l’activité sportive : en effet, elle n’a aucun impact sur la circulation sanguine et donc le rythme cardiaque. Cependant, c’est un excellent complément à activité sportive que ce soit dans le cadre du renforcement musculaire ou de la récupération sportive (détente les muscles et diminution des courbatures post-effort). En outre, la principale vertu de l’électrothérapie sport est qu’elle permet de muscler le corps sans nécessiter d’efforts de la part du patient : Certaines parties du corps telles que les articulations ne sont donc pas sollicitées et ne craignent donc pas d’être traumatisées. 

34961.jpg

Un usage étendu

Autrefois, cette technique de musculation était exclusivement réservée aux athlètes de haut niveau : athlétisme, natation, sports collectifs. Aujourd’hui, il n’y pas que le domaine du sport qui bénéficie des bienfaits de l’électrostimulation. En effet, l’électrothérapie est maintenant de plus en plus utilisée en kinésithérapie, pour la rééducation des muscles ou le renforcement de ceux-ci après un traumatisme, une immobilisation prolongée ou pour soulager une douleur. Pour citer un autre domaine bien précis, l’électrothérapie peut aussi être utilisée dans le cadre d’une rééducation périnéale, après un accouchement en particulier. Autre que dans le domaine de la kinésithérapie, l’électrothérapie a aujourd’hui une place dans le domaine de l’esthétisme : Sculpture du corps (abdominaux par exemple), raffermissement des muscles, lutte contre la cellulite…

34944.jpg

Grâce à ses modes d’utilisation variés, l’électrothérapie s’est aujourd’hui imposée comme une solution idéale au renforcement et à la rééducation musculaire.

jeudi 29 septembre 2016

La digitalisation de la santé.

Personne n’y a échappé ces dernières années, et pas même le secteur de la santé. En effet, le phénomène de digitalisation de la santé est bien en marche à tous les niveaux : de la multiplication des applications mobiles en rapport avec son état de santé, à l’implémentation des logiciels dans les structures médicales pour suivre les patients, zoom sur un phénomène amené à accroître. 

Digital-1200x630.jpg

Les professionnels de santé à l’heure du digital

Aujourd’hui, on constate que la digitalisation du secteur digital fait réellement partie du quotidien des professionnels de santé. Plus qu’une innovation, elle est aujourd’hui vue comme un levier  de développement et représente une très grande opportunité. Le meilleur argument en faveur de la digitalisation du secteur de la santé pour les médecins, infirmiers et autres est le gain de temps : en effet, grâce au développement de nombreux logiciels destinés au suivi du patient, le praticien gagne du temps et les transmissions entre professionnels se font plus aisément dans les grandes structures comme les hôpitaux par exemple. Auparavant de l’ordre du gadget, le digital est aujourd’hui devenu un véritable outil de travail des professionnels de santé. 

A cela vient s’ajouter la numérisation des données : et si demain, toutes les données santé des individus étaient regroupées sur une sorte de Bigdata, une base de données géante qui fédérerait toutes les informations relatives à l’état de santé des patients : pathologies, consultations, ordonnances prescrites… Une véritable mine d’or pour les professionnels de santé. C’est aujourd’hui l’enjeu principal dans le domaine de la santé et qui pourrait être mis en place ces prochaines années.

Les individus, acteurs de leur santé

La santé et le digital sont aussi bien alliés dans le domaine professionnel que dans la vie des individus de tous les jours. On constate ce phénomène avec la multiplication des applications en rapport avec la santé. Qu’elles soient faites pour nous coacher, pour nous remettre en forme, suivre son état de santé général ou pour suivre une pathologie, comme le diabète, la santé s’est bien installée aujourd’hui dans le paysage médical de par ces applications. Elles rendent les individus réellement acteurs de leur santé.

De même, on note aussi la prolifération des sites de santé et de leur consultation. S’en remettre à Google en l’interrogeant sur certains symptômes est aujourd’hui devenu un réflexe pour la majeure partie de la population, et ce, avant même d’aller consulter le médecin qualifié pour traiter ledit problème.

Entre opportunités et menaces, la question de la digitalisation de la santé est à arbitrer. Le paradoxe du digital réside dans le fait que en même temps que l’on s’émerveille des prouesses dont il est capable, on se méfie aussi des dérives dont il peut être la cause : la base données patients pose le problème de la vente et du piratage des données, « le phénomène « d’ubérisation » remet en cause le travail des professionnels de santé…  En attendant, la cohabitation entre digital et santé est bien lancée et amenée à durer.

mercredi 14 septembre 2016

Les premiers secours

Beaucoup se sont déjà posé ces questions, de savoir comment ils auraient pu, ou comment ils devraient réagir face à certaines situations : étouffement, arrêt cardiaque, saignement de nez ou autres hémorragies, malaise… « Que puis-je faire avant d’appeler les secours ou en attendant leur arrivée ? »

1ers-secours-1200x630.jpg

Beaucoup ont déjà entendu parler des gestes de base : la position latérale de sécurité (ou PLS) le bouche-à-bouche ou encore le massage cardiaque. Cependant, est-on sûr de vraiment savoir les pratiquer, et ce, de manière efficace ? C’est là tout l’objet des formations aux premiers secours. La Croix-Rouge Française (également instigatrice de cette journée des premiers secours) est l’entité principale qui fournit ses formations de premier secours, à travers toute la France. A tout moments, vous pouvez donc consulter le planning des formations de la Croix-Rouge afin de passer le PSC1 (Prévention et Secours Civiques de niveau 1, diplôme de premier secours le plus répandu).

Chaque année, se sont environ 100 000 personnes qui font le choix d’apprendre les gestes qui sauvent. Plus par civisme que par obligation professionnelle, on note aujourd’hui une réelle volonté des Français d’en savoir plus sur ces gestes afin de ne pas se trouver démunis si malencontreusement ils se retrouvent devant une situation d’urgence. Avant de pratiquer les gestes qui sauvent, il est nécessaire d’identifier la situation : de quoi est victime la personne, savoir jauger la gravité de la situation et si l’on est en capacité d’intervenir… Avant de pratiquer les bons gestes et les différencier des gestes à ne surtout pas réaliser. On y apprend aussi à utiliser un défibrillateur en cas de malaise cardiaque, qui devient presque un objet du quotidien, accessible d’utilisation pour tous. Ce sont là les enjeux de ces formations aux premiers secours.

Dans la même thématique, ce 14 septembre est placé sous le signe de l’ouverture de la campagne « Adoptons les comportements qui sauvent », campagne lancée par  la Croix-Rouge, les Sapeurs-Pompiers et la Protection Civile, qui représente une grande cause nationale de 2016. Celle-ci fait suite à la Journée mondiale des premiers secours, ayant lieu chaque deuxième samedi du mois (et donc ce samedi dernier, en l’occurrence), plaçant ainsi cette semaine sous le signe du secourisme. Cette campagne a surtout pour but de sensibiliser les jeunes aux gestes de premier secours. Sur le site officiel de la campagne, vous pourrez apprendre les comportements qui sauvent à travers les aventures de Raymond, dans des vidéos qui se veulent aussi ludiques que décalées.

vendredi 2 septembre 2016

La médecine scolaire

La rentrée étant arrivée, votre enfant sera sûrement amené à rencontrer divers spécialistes de la santé en cours d’année. Des dépistages aux campagnes de vaccination en passant par le simple contrôle de routine, on constate aujourd’hui que la médecine scolaire fait partie intégrante du parcours d’un élève. Mais alors, par qui est-elle représentée ? Quel est son rôle ? Pourquoi y accorder une importance primordiale ?

Medecine-scolaire-1200x630.jpg

Qui sont les acteurs de la médecine scolaire ?

Les médecins scolaires, ou « médecins de l’Education Nationale » sont les médecins spécialistes sur les questions quant à la santé des écoliers. Ceux-ci sont rattachés à un secteur géographique particulier dans lequel ils se voient attribuer plusieurs établissements, la plupart du temps. Ils seront chargés de passages dans les établissements scolaires à des moments bien précis et de l’organisation de rendez-vous médicaux individuels en compagnie ou non des parents des élèves.

Quel est leur rôle ?

Le médecin scolaire, étant le spécialiste de la santé des écoliers, il va donc être le référent sur toutes les questions en la matière. Son rôle premier va être d’établir des bilans santé lors des visites médicales, mais surtout, de dépister au plus tôt les anomalies d’ordre auditifs, visuels, ou encore les troubles du langage. Il va de même réaliser des examens bucco-dentaires. Son rôle peut aussi être étendu au suivi d’enfants malades et à la réalisation de campagnes de vaccination dans le but de lutter contre les épidémies. 

A côté de cela, les médecins scolaires sont aussi très présents au niveau de toutes les questions prévention : lutte contre le tabac, prévention des maladies sexuellement transmissibles.

Pourquoi le médecin scolaire a une telle importance ?

Plus que d’administrer des soins, son rôle premier va être de dépister en écoutant et examinant les enfants dès leur plus jeune âge. Au plus tôt les anomalies seront détectées, plus elles seront faciles à traiter pour les médecins tout comme les parents qu’il pourra aussi conseiller. De par ses qualités d’écoute et d’observation, il a aussi pour mission d’alerter tout comportement paraissant suspect et pouvant relever de problèmes de maltraitance de parents vis-à-vis de l’enfant. Ainsi, chaque trouble relatif au comportement ou à la santé est de suite relevé pour assurer une assistance et un suivi en conséquence. Son rôle est tel, englobant l’examen, le dépistage, le conseil et l’écoute qu’il permet d’assurer le bien-être de l’enfant, d’où son importance.

lundi 22 août 2016

La tension artérielle en cinq points

Qu’est-ce que c’est ?

La tension artérielle, ou encore pression artérielle, se définit par la pression du sang dans les parois artérielles. Son contrôle, primordial lors de simples visites anodines chez le médecin généraliste, vous permettra d’en savoir plus quant à l’attention à lui accorder.

Quel matériel ?

Le tensiomètre est l’instrument utilisé pour mesurer cette pression. Électronique ou mécanique, de poignet ou de bras, il se décline aujourd’hui en plusieurs modes d’utilisation, devenant même un objet du quotidien pour les ménages, n’étant plus exclusivement utilisé par les médecins. Il faut néanmoins savoir que la pression artérielle doit se mesurer en position assise ou allongée, après au moins cinq minutes de repos.

 Qu’est-ce qu’une bonne tension ?

La première chose à noter est que la tension est mesurée, la plupart du temps en centimètres de mercure (cm HG) et se divise en deux chiffres :

  • Le premier chiffre est la pression systolique, correspondant au moment où le cœur envoie le sang dans les artères et se contracte, moment où la pression artérielle est la plus élevée.
  • Le deuxième est la pression diastolique,  correspondant au moment où le cœur se « relâche », entre deux contractions cardiaques, moment pendant lequel la tension est par conséquent plus basse.

Une pression artérielle idéale se situe aux alentours de 12/8. Au-dessus, on parle alors d’hypertension artérielle tandis qu’on parle d’hypotension artérielle ou de baisse de tension lorsque la tension systolique (premier chiffre, le plus élevé des deux), est inférieure à 9.

Hypertension: signes et raisons

Stress, consommation excessive de sel, cigarette, alcool, manque d’activité physique ou encore le surpoids, peuvent être à l’origine d’une tension trop élevée. Mais il faut aussi savoir que des causes naturelles, telles que l’âge, ou héréditaires peuvent également jouer en faveur de l’hypertension.

Les signes pouvant être révélateurs d’une hypertension ne sont en général pas de suite interprétés comme tel par les hypertendus. En effet, les maux de tête, vertiges, étourdissements, essoufflements et autres problèmes de sommeil ne sont pas observés par les personnes atteintes. L’hypertension se développe alors de façon insidieuse et ce n’est souvent qu’au cours d’un ou plusieurs examens médicaux que le patient en prend conscience. Cette prise de conscience est capitale, car, non traitée, l’hypertension peut amener à des complications pouvant s’avérer sévères comme l’infarctus, l’insuffisance cardiaque ou des problèmes de vue. 

Face à l’hypertension, que faire ?

On ne guérit pas de l’hypertension. Cependant, il est possible de la contrôler, et des traitements ou actions peuvent rendre les chiffres de mesures plus normaux.

On a donc :

  • Le traitement naturel : arrêt ou diminution du tabac ou de l’alcool, réduction de la consommation de sel, perte de poids, pratique d’une activité sportive régulière, instauration d’une alimentation plus saine…
  • Le traitement médical : lorsque le traitement naturel n’est pas efficace, on va alors se tourner vers le traitement à base de médicaments : des diurétiques, pour favoriser l’excès d’eau et de sel par l’urine, des inhibiteurs calciques, pour diminuer l’effort cardiaque, des bêtabloquants, pour réduire la fréquence cardiaque, ou encore les enzymes de conversion et les inhibiteurs des récepteurs de l’angiotensine II, qui ont pour rôle de réguler le niveau de pression artérielle en agissant sur la stimulation du système rénine-angiotensine-aldotérone.
    Tensiomètre manopoire


jeudi 30 juin 2016

Le guide de la brûlure

Les brûlures sont divisées en 3 catégories :

-    Celles du premier degré, qui touchent uniquement l’épiderme, la partie supérieure et externe de la peau. Elles sont caractérisées par une rougeur de la peau, et une douleur la plupart du temps mineure.

-    Celles du second degré, l’épiderme et le derme sont touchés, voire détruits. Des cloques (ou ampoules) se forment alors, et on peut constater la présence d’un liquide clair blanc/jaune. La douleur est alors intense.

-    Celles du troisième degré, qui sont très profondes. L’hypoderme peut alors être détruit. La brûlure est alors la plupart du temps blanche, malgré la carbonisation de la peau. La douleur peut être très intense, ou au contraire indolore, cela veut alors dire que les terminaisons nerveuses ont été détruites.

La cause de la brûlure

Différentes causes de brûlure sont possibles : par la chaleur ou au contraire par le froid, par des produits chimiques, ou encore les brûlures électriques.

Pour prévenir les brûlures du quotidien, portez des gants lorsque vous faites la cuisine, ou encore lors de la manipulation de produits chimiques, protégez-vous et vos enfants au maximum des sources de chaleur intense.

La surface de la brûlure
 
La superficie de la peau s’évalue, en moyenne, de la manière suivante :

Chaque bras représente  9% de la surface du corps, chaque jambe 18%, le thorax et le dos 18% chacun, les membres génitaux  1%,  et la tête et le cou forment ensemble les 9% restants.

Attention, chez les enfants, la surface des jambes est proportionnellement plus petite, au profit de la tête.

Que faire en cas de brûlure ?


Tout d’abord, identifiez de quelle degré est la profondeur de la brûlure. Si elle est du troisième degré, consultez immédiatement un professionnel de santé, et vous devez être allongé sur le côté, là où la peau n’a pas été touchée.

Si elle est du premier ou second degré, appliquez tout de suite de l’eau partout dessus (15°c environ) pendant minimum 15 minutes, pour apaiser la douleur, et diminuer la gravité. Stabilisez également la cause. Bien sûr, en cas de brûlure électrique, éloignez le brûlé de la zone dangereuse avant toute application d’eau.

Au cas où des flammes seraient sur les vêtements de la victime, éloignez la de la source de chaleur, recouvrez la d’un vêtement non synthétique pour éteindre les flammes, ou faites la se rouler par terre. Enlevez ensuite les vêtements autour de la brûlure, mais surtout pas s’ils collent à la peau.

Ensuite, déterminez la superficie, selon la règle expliquée ci-dessus. La brûlure devient grave si elle couvre plus de 50% du corps en cas de brulure du premier degré, ou 10% du corps en cas de brulure du second degré (revoir ces pourcentages à la baisse si le brûlé est un enfant ou une personne âgée)

Dans ces cas-là, consultez sans attendre un professionnel de santé.

Dans les autres cas, appliquez de l’eau fraîche sur la brûlure le plus de temps possible, préparez ensuite la plaie à la désinfection avec du sérum physiologique par exemple (https://www.mediq.fr/serum-physiologique-5-ml-boite-de-30.html), désinfectez ensuite la plaie, et appliquez une pommade anti brulure, puis une compresse stérile. (Ces deux dernière étapes peuvent être remplacées par une seule, la pause d’un pansement spécial brûlure tel que celui-ci http://www.mediq.fr/hydrogel-antibrulures-urgo-15gr.html qui va approvisionner la plaie de façon continue en eau pour atténuer la douleur)

Changez le pansement tous les deux jours environ, et n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé en cas de doute sur la gravité de votre blessure.


vendredi 24 juin 2016

Le matériel de mésothérapie

Introduction

La mésothérapie est une technique médicale qui nécessite l'utilisation d'un matériel spécialisé. Pour effectuer un traitement de mésothérapie, le praticien va utiliser un matériel d'injection spécifique, via des aiguilles de mésothérapie montées sur seringue (nappage à main levée) ou un pistolet de mésothérapie.

Aiguilles


Une aiguille de mésothérapie permet de réaliser une injection intradermique, certains praticiens vont utiliser une seringue pour opérer manuellement mais pour plus d'efficacité et de rapidité le pistolet de Mésothérapie est largement répandu dans les cabinets. Les aiguilles utilisées en mésothérapie respectent des conditions particulières : diamètre de 0,4 mm ; longueur pouvant varier entre 4 mm, 6 mm et 13 mm. Le traitement de mésothérapie peut également être effectué par absorption transcutanée. Le traitement se fait alors sans aiguilles.

Les Pistolets de mésothérapie

Le pistolet de mésothérapie permet d'enchaîner les injections. La plus grande partie des pistolets de mésothérapie permettent de choisir à l'avance la fréquence et la profondeur. Le pistolet de mésothérapie permet également d’effectuer des injections avec une plus grande précision. Ils sont souvent dotés d’un stabilisateur permettant de cibler avec précision la zone à injecter. Il existe dans le monde 4 grands fabricants de pistolets de mésothérapie.
-Techdent. Techdent est un fabricant français proposant des pistolets de mésothérapie électriques (la gamme DNH) ou des pistolets mécaniques (MTC)
- Médical innovation Médical innovation est un fabricant français spécialisé dans la mésothérapie. Médical Innovation est le fabricant des pistolets Pistor.
-Biophymed Biophymède fabrique des pistolets à air comprimé comme le pistolet U225.
-Mesalyse Mesalyse propose des pistolets munis de compresseurs automatiques automatique et silencieux.

Solutions

Le médicament a besoin d'être diluée pour l'injection. Les solutions utilisées en mésothérapie contient des produits d’usage courant en pharmacie comme des décontracturants, des antidouleurs, des anti-œdémateux, des anti-inflammatoires, des vasodilatateurs, des calcitonines ou encore des poly-vitamines.

Doppler fœtal PD1

Le Doppler fœtal incontournable
Le Doppler fœtal PD1 permet d’effectuer de détecter l’activité chez la femme enceinte.

Lire la suite...

Electrothérapie TENS

Qu’est-ce qu’un TENS ?
L’électrothérapie TENS est un traitement par un courant électrique de basse fréquence.

Lire la suite...

Seringues 2 et 3 pièces

Tous les modèles de seringues dont vous aurez besoin sont disponibles en vente sur Mediq.fr. Nous proposons en effet de nombreux modèles provenant de divers fournisseurs comme  Terumo, PIC, BD ou encore Mesalyse.

Lire la suite...

Seringue de précision plastipak

La référence de la seringue utilisée en allergologie.
Les seringues de précision plastipak  permettent d’effectuer des tests tuberculiniques, allergiques ou encore des injections sous-cutanées.

Lire la suite...

jeudi 23 juin 2016

Electrostimulateur Cefar Rehab x2

Le Cefar Rehab x2
Le stimulateur 2 voies, polyvalent, antalgique et excitomoteur
Une référence pour l’électrothérapie à la qualité indéniable

Lire la suite...

vendredi 18 mars 2016

Les Écho Dopplers

Qu’est-ce qu’un Doppler ?

Le Doppler est un appareil de diagnostic spécialisé. Grâce à l’utilisation d’ultrasons, il permet d’étudier avec précision la vitesse d’écoulement du sang dans le corps. Un Doppler nécessite des capteurs dont la fréquence dépend de l’utilisation que vous en faîtes.

A quoi cela sert-il ?

Le Doppler permet de mettre en évidence des problèmes cardiaques (arythmies, hypertension) ainsi que des anomalies du système sanguin (rétrécissement des vaisseaux sanguins, insuffisances veineuses).

Quelles sont les différentes utilisations possibles ?

2 Cas sont à distinguer.

-L’Echo Doppler vasculaire permet de visualiser les veines et les flux sanguins qui les parcourent. Deux fréquences sont utilisées selon la profondeur de visualisation voulue (5 ou 8 MHz)

-Le Doppler fœtal (ou Echo Doppler) est utilisé pour mettre en évidence les pulsations cardiaques du fœtus. Les capteurs utilisés sont de 2 MHz.

Quelles sondes utiliser ?

Il existe plusieurs types de sondes utilisant des fréquences différentes :

-2 Mhz en usage courant pour le secteur profond (abdomen et pelvis) et la détection de l’activité fœtale, avec une définition de l’ordre de quelques millimètres.

-5 Mhz, pour les structures intermédiaires (cœur d’enfant par exemple), avec une résolution inférieure au millimètre.

-8 Mhz, pour l’exploration des petites structures assez proches de la peau (artères ou veines) avec une résolution proche du dixième de millimètre.

Quel Doppler choisir ?

-Pour un Doppler vasculaire, nous vous recommandons d’opter pour le Doppler vasculaire de poche PD1CV en format 8 MHz ou 5 MHz, disponible ici :

-Pour un Doppler fœtal, nous vous recommandons Ultra Tec disponible ici :

- page 1 de 7